Menace jihadiste : le Togo obligé de relever son niveau de vigilance

Image Description
Société
Désormais, des militaires patrouilleront avec les rangers dans la Pendjari, au Bénin. © STEFAN HEUNIS/AFP

Confrontés au risque de l'infiltration de jihadistes, le Bénin, le Togo et le Ghana se trouvent désormais obligés de relever leurs niveaux de vigilance, et de renforcer les liens avec les services de renseignements des pays en première ligne.

Voilà plusieurs mois que Ouagadougou a alerté Cotonou, Lomé et Accra du risque d’infiltration de jihadistes sur leurs territoires. « Quand ils n’attaquent pas chez nous, ils se réfugient chez nos voisins pour se reposer, se réapprovisionner ou encore vendre le bétail qu’ils ont volé », explique un officier burkinabè.

Selon plusieurs hauts responsables sécuritaires à Ouaga, la coopération entre les pays côtiers s’est récemment accrue, et l’échange d’informations serait désormais plus fluide. Il n’empêche : en matière de renseignement, prudence et méfiance sont toujours de mise, même entre alliés. 

« Nous sommes sur la bonne voie, mais nous devons encore travailler pour améliorer notre collaboration avec ces pays », confie un haut responsable à Jeune Afrique.

AfricaWeb is an independent journalism company dedicated to in-depth reporting and high-quality investigative about the issues that matter most to Africans.

Sur le meme sujet