Le Burundi lance l’Année du bassin du Nil et fait appel à la protection de la biodiversité

Image Description
Energie
Le Burundi lance l’Année du bassin du Nil et fait appel à la protection de la biodiversité

BUJUMBURA, Burundi - Le gouvernement du Burundi a mis en place une loi interdisant la plantation d'espèces d'arbres qui utilisent beaucoup d'eau dans les marais et autour des sources d'eau afin de préserver l'eau.


Prenant la parole lors du lancement en 2019 de "l'Année du bassin du Nil" à Bujumbura, Monsieur Deo-Guide Rurema, président du Conseil des ministres du Nil et ministre burundais de l'Environnement, de l'Agriculture et de l'Élevage, a dans son discours déclaré que son gouvernement était sur la bonne voie dans la protection du patrimoine commun qu'est le Nil.

«Le décret interdisant l'utilisation de sacs en plastique est en cours d'application. Cela contribuera à garantir la qualité de l'eau et à réduire les micro plastiques dans les lacs et les rivières, ce qui protégera la biodiversité de ces écosystèmes », dit-il son Excellence Rurema.


La campagne burundaise est parsemée d’eucalyptus, connus pour induire la dégradation des sols, réduire le niveau des nappes souterraines et réduire la biodiversité.

La décision de déclarer 2019 Année du bassin du Nil découle de la 26ème réunion annuelle du Conseil des ministres du Nil, tenue en août 2018 à Bujumbura. Au cours de cette réunion, les ministres ont reconnu que le Nil joue un rôle essentiel dans la réalisation de la sécurité de l'eau, mais aussi de la sécurité alimentaire et énergétique ainsi que l'éradication de la pauvreté pour les habitants de la région du bassin du Nil. Les eaux du Nil sont essentielles pour la réalisation du programme de développement et  l'intégration régionale.



«L’Année du bassin du Nil, sous le slogan «Placer l’eau au cœur de la transformation régionale», vise à souligner le rôle que doit jouer l’eau transfrontalière dans les discussions sur le développement régional présent et futur des pays du bassin du Nil. L'accent est mis sur une utilisation équitable et des avantages bénéfiques pour tous, tant pour la société que pour l'environnement. En fin de compte, cela contribuera également au maintien de la paix et de la sécurité régionales » a expliqué son excellence Rurema Président du Conseil des ministres du Nil et ministre burundais de l'Environnement, de l'Agriculture et de l'Élevage.

Abdulkarim Seid, Directeur exécutif adjoint du secrétariat de l’Initiative pour le Bassin du Nil, a également appelé les pays du Bassin du Nil à travailler ensemble pour relever les défis sans cesse croissants de la variabilité croissante de l’eau, de la demande en eau sans cesse croissante et des multiples impacts de la pollution et du changement climatique.



Au cours des 20 dernières années, l’Initiative du bassin du Nil (NBI) a été et est la seule institution à l’échelle du bassin comprenant tous les pays du bassin du Nil. La NBI, créée le 22 février 1999, a contribué à nourrir la culture de la coopération dans le domaine de l’eau dans le bassin du Nil, offrant aux pays une plate-forme neutre pour débattre de la manière de gérer et d’utiliser conjointement les ressources en eau partagées au profit de tous, relever les défis communs qu'aucun pays ne peut relever seul.

Tout au long de 2019, l'Initiative du bassin du Nil et les États membres organiseront des événements clés, notamment le 20e anniversaire de la NBI et les célébrations annuelles de la Journée du Nil, le 22 février 2019 au Rwanda; lancement du rapport sur l'état du bassin du Nil 2018 et lancement de la publication du 20e anniversaire le 22 février 2019, entre autres activités.



Le lancement a été couronné par une cérémonie de plantation d'arbres à Rutovu, la source la plus méridionale du Nil au Burundi, où les délégués ont planté des arbres destinés à rajeunir les sols et à protéger la biodiversité autour de la source du Nil.



Le lancement a été organisé par le gouvernement du Burundi en collaboration avec l'Initiative du bassin du Nil et avec le soutien de l'Union européenne et du gouvernement fédéral allemand.

 Article écrit par Gabrielle Nina Mitch



 


AfricaWeb is an independent journalism company dedicated to in-depth reporting and high-quality investigative about the issues that matter most to Africans.

Sur le meme sujet