Energie: Beaucoup reste à faire dans les milieux ruraux en Afrique

Image Description
Energie
En Afrique subsaharienne, le taux d'électrification ne s'élève qu'à 30% et près de 585 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité.

Les services d'infrastructure inadéquats et peu fiables sont courants dans la majorité des communautés rurales d'Afrique. Cette observation a été faite par Placide Badji, responsable des politiques du département des infrastructures et de l'énergie à l'Union africaine.

Il a déclaré que les investissements dans les infrastructures rurales sont essentiels pour libérer le Moment africain, ajoutant que les besoins en infrastructures des communautés rurales incluent, entre autres, les services de transport et de communication, les installations énergétiques, d'approvisionnement en eau et d'irrigation ainsi que les services de vulgarisation.

Il est toutefois important de noter que, selon Badji, la fourniture d'infrastructures devrait être considérée comme un moyen de contribuer à la fourniture de biens et de services qui favorisent la prospérité et la croissance, contribuent à la qualité de la vie, y compris au bien-être social, à la santé et à la sécurité des habitants des communautés rurales.

Dans le secteur des transports, souligne-t-il, il existe des cas où une route entre 0,1 km et 21 km desservait 1 000 habitants, ce qui signifie que 30% seulement des habitants des zones rurales vivent à moins de 2 km des routes principales. Malheureusement, dans le secteur de l’énergie, le continent est en retard par rapport à d’autres continents en ce qui concerne la sécurité énergétique. Plus de 640 millions d'Africains n'ont pas accès à l'énergie, avec des taux d'accès à l'électricité légèrement supérieurs à 40% sur l'ensemble du continent. Le faible niveau de production d’électricité s’accompagne de taux d’électrification faibles.

En Afrique subsaharienne, le taux d'électrification ne s'élève qu'à 30% et près de 585 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité. Seulement 14% de la population rurale a accès à l'électricité. Il a parlé de l’eau et de l’assainissement, ainsi que de l’exploitation des Technologie de l’Information et de la Communication (TIC), qui n’est pas améliorés. 

Selon lui, malgré la forte utilisation des téléphones mobiles en Afrique, il reste encore beaucoup à faire pour exploiter les Technologie de l’Information et de la Communication (TIC) pour accéder aux services et qu'en ce qui concerne l'eau et l'assainissement, l'accès à l'eau potable serait de 23% dans les zones rurales. Il a toutefois précisé que la solution n’était pas plus loin et pouvait être obtenue d’un point de vue collectif.

« La stratégie clé consiste à mettre en place des infrastructures intégrées dans les domaines des TIC, des transports et de l’énergie, car cela réduira les coûts de production, optimisera les ressources et assurera la connectivité des projets. L'une des raisons pour lesquelles l'accès aux infrastructures est faible dans les zones rurales est que les investisseurs veulent obtenir des rendements, mais si nous intégrons des projets, nous pourrons ainsi réduire les coûts d'investissement et, en même temps, développer les zones rurales »a-t-il dit Mr Badji

En outre, il a conseillé aux États membres de collaborer et de partager leurs meilleures pratiques et expériences en matière de développement. Il a indiqué que l’un des moyens pour remédier au manque d’infrastructures de qualité dans les zones rurales consiste à mettre en place de petits projets dans le cadre des grands projets PIDA, ainsi qu’à intégrer le secteur privé au développement des infrastructures rurales, en créant également des politiques favorables permettant aux investisseurs d’obtenir des rendements. Il a noté qu'il est parfois regrettable que d'énormes projets de développement, tels que les autoroutes et les lignes électriques, traversent des villages ruraux, sans que les populations en bénéficient.

Par Gabrielle Nina Mitch.




AfricaWeb is an independent journalism company dedicated to in-depth reporting and high-quality investigative about the issues that matter most to Africans.

Sur le meme sujet