Mise en œuvre des projets du PIDA : les délégués formulent des recommandations

Image Description
Banques
Mise en œuvre des projets du PIDA : les délégués formulent des recommandations

Après trois jours d’échange d’expérience dans un esprit de dialogue, les délégués au Dialogue politique sur la facilitation de mise en œuvre du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) organisé par le département de l’Union Africaine du 19 au 21 Décembre, des institutions et partenaires organisateurs (Commission de l’Union Africaine (CUA), l'Agence du NEPAD, la Banque Africaine de développement (BAD), la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la Coopération allemande (GIZ), la Chine, les États membres ont reconnu la pertinence et l'actualité du thème du dialogue politique sur les infrastructures régionales et continentales pour débloquer l'accès aux zones rurales et isolées d'Afrique; ils ont par ailleurs réaffirmé  le rôle crucial des États membres dans la réussite de la mise en œuvre du PIDA.

Pour Chiekh Bedda, directeur des infrastructures et de l’énergie à l’Union Africaine,  la deuxième phase du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) doit nécessairement tenir compte de tous les points soulevés par les délégués, et intégrer la dimension du genre dans les projets PIDA à tous les niveaux de développement et de mise en œuvre des projets.

« La deuxième phase du PIDA nous donne suffisamment le temps pour avoir une démarche inclusive d‘élaboration de la deuxième phase, chose à prendre en compte, nous avons tous convenu que la deuxième phase du PIDA doit nécessairement impliquer d’avantage les femmes et les jeunes afin qu’ils contribuent largement au développement du continent, nous avons aussi convenu que nos administrations respective vont totalement s’engager dans ce processus d’élaboration de ce programme »

 Selon le Docteur Max Hennion, consultant à l’Union Africaine, une combinaison des infrastructures rurales efficaces, bien gérer et bien entretenu favorise un développement des populations rurales qui ont toujours été exclues. Les possibilités sont là pour changer considérablement la vie des populations africaines, estime-t-il.

« Toute vos expériences ont démontré qu’au niveau sectorielle, c’est très difficile d’arriver à des résultats durables et importanst, donc il faut comprendre que c’est difficile d’arriver à combiner des apports d’infrastructure mais que c’est la condition pour que la population rurale intègre réellement le développement de manière accélérée, et si la population rurale intègre le développement et commence à générer les revenues, ça veut dire qu’on peut compter sur le secteur privée pour développer les infrastructures et essentiellement les exploiter » a-t-il déclaré .


A l’issue de ces assises, les délègues à ce dialogue ont formulés quelque recommandations pour accélérer inclusivement les projets du PIDA et faciliter sa mise en œuvre.

Les délégués ont convenu de fournir une plateforme qui peut amener les États membres de l'UA et des décideurs politiques à collaborer pour la mise en œuvre effective du PIDA, mais aussi assigner des points focaux au PIDA au sein des États membres afin que les parties prenantes et les institutions soient engagées de façon continue dans la mise en œuvre du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique-Plan d’Action Prioritaire (PIDA-PAP). Ils ont été d’accord de mettre à jour la liste des projets dans le cadre du PIDA en tenant compte de l'état de mise en œuvre des projets actuels et l'analyse économique du continent au cours de la préparation de la prochaine phase de PIDA.

Les délégués ont aussi plaidé pour la préparation d’une stratégie de financement bien élaborée pour les projets PIDA que les États membres pourraient utiliser pour mobiliser des fonds nécessaires pour la préparation et la réalisation de projets du PIDA.

Ils ont par ailleurs décidé d’établir le Centre de coopération énergétique Chine-Afrique pour promouvoir la coopération énergétique sino-africaine et l'amélioration de l'accès à l'énergie et du développement du secteur de l’énergie en Afrique, notamment en facilitant la mise en œuvre de projets énergétiques du PIDA.

En ce qui concerne l’intégration des femmes et des jeunes dans les projets PIDA, les délégués ont recommandé de mettre en place un groupe de travail sur le genre pour le PIDA et utiliser la boîte à outils pour la création d'emplois en vue de collecter des données sur le genre dans les emplois créés mais aussi promouvoir l'utilisation des microcrédits et du micro financement pour promouvoir la participation des jeunes et des femmes dans les projets d’infrastructure.

Ces recommandations rentrent dans l’objectif du PIDA, qui est celui de promouvoir le développement socio-économique et la réduction de la pauvreté en Afrique grâce à la mise en œuvre des réseaux intégrés d’infrastructure régionales. Une attention particulière sera accordée aux zones rurales, longtemps mis à l’écart, dans la deuxième phase du PIDA qui sera soumis aux chefs d’Etats en 2021.

  Article écrit par Gabrielle Nina Mitch

 

 

 

 

 

 


AfricaWeb is an independent journalism company dedicated to in-depth reporting and high-quality investigative about the issues that matter most to Africans.

Sur le meme sujet